Association Sixième Sens Médiation Animale en Lozère

CHARTE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES DE LA MEDIATION ANIMALE (MA)

Les articles de la présente charte sont les invariants des différentes pratiques de Médiation Animale ou d'Activités Associant l'Animal (AAA) tels qu'ils ont été proposés par le GERMA (Groupe d'Etude et de Recherche sur la Médiation Animale) en janvier 2010. Ils doivent être complétés par des documents exhaustifs et contractuels engageant les différentes parties et adaptés aux contextes des programmes de médiation animale en précisant les points suivants :

–   La compétence et qualification de l'intervenant

–   Le profil de la personne ou du public bénéficiaire

–   Le type d'animal impliqué

–   L'objectif visé

–   Le contexte, cadre et modalités de mise en place de la pratique et tout aspect spécifique ou document de référence vis-à-vis de l'action proposée.

1   L'éthique :

L'intervenant en médiation animale ou AAA se réfère aux principes édictés par les législations nationales, européennes et internationales sur le respect des droits fondamentaux des personnes et des animaux. Il se conforme aux règles déontologiques, usages en cours et bonnes pratiques de sa discipline. En l'absence de règles déontologiques spécifiques à sa pratique, il se soumet au devoir de réserve et ne dépasse pas le champ de ses compétences.

2    Les programmes :

Art 2 – 1 : Les programmes de médiation animale ou d'AAA permettent la rencontre de personnes bénéficiaires et d'animaux sélectionnés en fonction de la nature de la prestation attendue. Ces programmes sont menés par un ou des intervenants qualifiés, dans un objectif précis et dans un cadre défini.

Art 2 – 2 :  Les programmes de médiation animale ou d'AAA peuvent être d'Animation (AAA-A), de nature éducatives (AAA-E), sociales (AAA-S), thérapeutiques (AAA-T) ou de recherche (AAA-R) selon la qualification de l'intervenant, la nature du projet et le contexte de l'intervention.

Art 2 – 3 : L'objectif des programmes de médiation animale ou d'AAA vise le mieux-être de la ou des personnes bénéficiaires, dans le respect de leur identité et de leur sécurité. Ces programmes participent à l'accompagnement et/ou la prise en charge des bénéficiaires de façon intégrée aux -éventuelles – actions en cours dans ce domaine. Le respect du principe du choix éclairé permet à la personne bénéficiaire (ou de ses représentants) d'accepter ou de refuser à tout moment les actions proposées.

3    L'intervenant

3 – 1 Son positionnement :

Art 3-1-1 : L'intervenant inscrit son parcours dans un contexte éthique et historique de la pratique de la médiation animale ou des AAA. Il se forme selon des référentiels spécifiques, confronte ses expériences, partage ses connaissances et transmet son savoir.

Art 3-1-2 : La qualification de l'intervenant est définie :

– par son cursus personnel et professionnel dans le champ d'intervention annoncé : animation, programme éducatif, social, thérapeutique, ou de recherche appliquée.

– par la reconnaissance officielle de sa capacité à conduire et/ou de collaborer à un programme de médiation animale ou d'AAA par ses pairs expérimentés.

Art 3-1-3 : Selon les points énoncés dans les articles précédents de la présente charte, la qualification de l'intervenant peut être :

– intervenant animateur en AAA

– intervenant en médiation animale

– thérapeute avec l'animal.

3 – 2 L'intervenant et son animal :

Art 3-2-1 : L'intervenant est garant du choix, de la formation et de l'éducation éventuelle, du suivi sanitaire, de la bientraitance dans le temps du ou des animaux impliqués dans les programmes de médiation animale. Il respecte les conditions d'hygiène spécifiques au lieu de sa pratique et se conforme aux principes des déclarations de l'IAHAIO (International Association Human Animal Interaction Organisation) de Genève, Prague et Rio.

Art 3-2-2 : Dans l'intérêt du bénéficiaire, l'intervenant est garant de l'adéquation entre le type d'animal (et la personnalité de l'animal) impliqué dans le programme de médiation animale, de la formulation du bénéfice attendu pour la personne, de la nature des actions proposées et des modalités pratiques de leur mise en place, du rythme et la progression des interventions, enfin de l'évaluation de l'action et de l'intégration éventuelles de ces données dans une dimension globale systémique (bio-psycho-sociale).

3 – 3 L'intervenant et le bénéficiaire :

Art 3-3-1 : L'intervenant est averti et respecte (et/ou travaille en lien avec des équipes ou structures respectant) les aspects sanitaires, réglementaires, juridiques et assuranciels spécifiques de sa pratique.

Art 3-3-2 : L'intervenant avec ses partenaires potentiels (organismes, institutions, associations, …) s'engagent au respect et à l'application des articles de cette charte et qu'elle soit portée à la connaissance des personnes bénéficiaires, de leurs proches et du public.